Les vacances

Comment tirer le meilleur bénéfice de ses vacances?

Les vacances

Quelques conseils psy pour profiter pleinement des vacances.

Ça y est, les vacances tant attendues s’annoncent?

Partir, s’évader, découvrir, se détendre, passer du bon temps, se reposer, déconnecter, se dépenser, se stimuler….

Quel que soit votre style de vacances, je vous propose ici quelques conseils psy pour profiter pleinement de ces moments précieux!

Avez-vous remarqué comme on peut emmener beaucoup de stress avec soi? Comment parfois, lorsqu’on peut enfin s’autoriser à se poser, plein d’émotions peuvent émerger, des tensions, de l’épuisement qu’on n’avait pas ressentis avant de partir?

Laissez vous un peu de temps.

Notre cerveau ne fonctionne pas avec un bouton ON/ OFF! On a beau être en vacances, on a souvent besoin de se laisser un peu de temps au démarrage pour relâcher les tensions du quotidien qui nous collent à la peau. Nous avons derrière nous de longs mois difficiles et éprouvants pour beaucoup. Les tensions, frustrations se sont accumulées et il est rare qu’elles disparaissent comme par magie dès les premières heures des vacances!

Il est important de s’accorder un petit temps de transition, juste pour nous poser et déposer nos bagages à roulettes comme nos bagages mentaux! Ainsi, il peut être intéressant de se laisser un sas de décompression à l’arrivée, de pouvoir se reposer éventuellement du voyage, comme des tensions avant de sauter à pieds joints dans les activités prévues! Sans culpabiliser, sans se dire qu’on gâche du temps, car au contraire, ça permet d’avoir du temps de qualité!

Allégez le programme.

La tentation peut être forte de se lancer dans un programme effréné dès qu’on a mis un pied sur notre lieu de villégiature. On a tellement envie de ne pas perdre une miette de ce qu’il y a à découvrir ou à faire!

Il arrive que l’on soit si pris dans notre rythme habituel que l’on essaye de le dupliquer, parfois sans même s’en rendre compte. On charge le planning qui finit par ressembler à un planning de semaine de travail. Ou comment perdre les bénéfices des vacances!!!

Il est essentiel de baisser la charge mentale qui est déjà importante tout au long de l’année. Les vacances sont l’occasion de se reposer et de lâcher prise, de recharger les batteries. Elles ne peuvent pas jouer leur rôle bénéfique si on ne change pas notre manière d’être et de faire.

Privilégier la qualité plutôt que la quantité aide à profiter pleinement de chaque instant. Plus on se charge d’activités, plus on remplit ses journées, moins on est en contact avec soi-même, ses émotions, ses sensations. C’est d’ailleurs ce que l’on peut rechercher inconsciemment en agissant de la sorte…

yoga relax

Observez-vous.

Les vacances peuvent être l’occasion de s’observer, non pas pour se juger, mais pour voir où on en est, avec bienveillance: est-ce que j’arrive à ne rien faire, à prendre du temps, à lâcher, à ne pas être dans  le contrôle? Est-ce que cela m’angoisse? Ça vous parait compliqué ou ça vous envahit trop? N’hésitez pas à me demander un coup de main!

Si vous remarquez que n’avoir rien à faire vous angoisse,  vous pouvez peut être vous concocter un programme, si ça vous rassure. Par contre, essayez de le faire en version allégée, comme les yaourts, avec quelques activités planifiées! Puis au fil des jours, essayez de lâcher, laissez plus de place à l’imprévu, à vos envies du moment, aux flâneries, voire à l’ennui. Albert Camus disait « Un pays où je ne m’ennuie pas un peu ne m’apporte rien. »

Biologiquement, psychologiquement, nous avons besoin d’alterner différents temps: stimulation, mouvement mais aussi calme, inactivité. L’essentiel est de trouver l’équilibre qui vous convient  entre ces deux pôles, et avec lequel vous vous sentez en harmonie.

Déconnectez!

Ahhh nos smartphones et nous, une grande histoire! Les photos à poster sur Instagram, les commentaires sur Facebook et pour les accrocs au boulot, les mails auxquels on répond, le compte rendu de réunion qu’on lit. (« Mais que font les collègues sans nous, survivent-ils, ont-ils fait couler la boîte?)…. De fait, nous sommes là, mais sans vraiment y être. Nous tentons d’être en lien avec ceux qui ne sont pas là et nous délaissons du coup ceux qui se trouvent à nos côtés. À la fin de la journée avec qui a-t’on vraiment passé du temps de qualité, en pleine présence?

vacances relax

Prenez de la distance.

Pour les accrocs du boulot, prenez le temps de vous demander si c’est vraiment indispensable et vital d’être joignable et disponible, ou si c’est juste une impression? Pouvez-vous vous laisser aller à déléguer, prendre de la distance?

Pourquoi ne pas rédiger sur votre boite mail un message en guise de réponse automatique expliquant que vous n’êtes pas disponible, accompagné de la date de votre retour. Informez vos clients, orientez vers un collègue en cas de besoin…

Si ce n’est pas possible de couper, essayez de vous fixer un temps restreint par jour à ne pas dépasser, de manière à ne pas vous laisser envahir. Le monde continue de tourner même lorsque nous ne sommes pas là et nul n’est indispensable! Si cette phrase « pique », là aussi, ça peut être l’occasion de réfléchir à votre rapport au travail!

La frontière entre vie privée et professionnelle a largement été repoussée, voire gommée avec le télétravail. Cela génère du stress, nous prive de nos sas de décompression. Les vacances sont l’occasion de prendre de la distance avec le monde professionnel. Profitons-en!

Laissez-vous le droit à l'imperfection.

Souvent, la perspective des vacances a généré tellement d’attentes, qu’elles sont empreintes d’une certaine pression. Ceci peut nous amener à des frustrations lorsque des grains de sable se mettent sur notre chemin. Un mauvais restau, un jour de pluie, une dispute avec notre conjoint, peuvent parfois nous miner totalement tant nous rêvions des vacances parfaites! Et si nous apprenions à prendre les choses comme elles viennent, voir à en rire lorsque ça ne se passe pas comme prévu? Que se passerait-il si nous étions moins perfectionnistes? Sûrement aucun drame, sûrement des découvertes sur nous-mêmes et la vie!

La vie tire toute sa saveur de ses contrastes, ses beaux moments, ses moments plus anodins, ses ratés… Toute expérience est bonne à prendre et contribue à nous construire et à nous enrichir.

Donnez la priorité au bien être.

Vous laissez-vous entraîner par le biais des coûts irrécupérables? Le biais quoi???

Il s’agit d’un biais cognitif, un schéma de pensée trompeur qui parait logique de prime à bord mais qui est complètement illogique et irrationnel. Notre cerveau utilise ces formes de pensées pour aboutir à une conclusion rapide, et du coup à une décision rapide. Ça ne passe donc pas par la case « analyse en profondeur ». Le problème c’est qu’il se produit ainsi une forme de dysfonctionnement dans le raisonnement (quelques autres exemples de biais cognitifs ici!).

Le biais des coûts irrécupérables est lié à notre aversion naturelle pour la perte. C’est à dire que l’on donne plus de poids à une perte qu’à un gain! Par exemple, je suis en vacances, je réserve une journée de surf et le jour J, temps horrible venteux et froid. Ce serait beaucoup plus adapté d’abandonner l’idée du surf et de faire la visite de musées sympas. Sauf que comme j’ai payé, j’ai cette affreuse sensation d’une perte sur mon compte en banque mental si je n’y vais pas! Je vais donc me forcer à faire cette journée, pour « rentabiliser » au lieu de choisir une activité qui m’aurait fait plus plaisir! Pourtant le montant dépensé et irrécupérable et tant qu’à avoir dépensé de l’argent autant ne pas se punir en faisant en prime une activité désagréable qui ne me rendra pas mes sous!

Que l’on parte quelque part ou que l’on reste chez soi, l’important c’est de pouvoir faire des choses différentes, changer le rythme, se laisser aller, passer du temps avec ceux que l’on aime… Je vous souhaite un très bel été!

« Le voyage est une espèce de porte par où l’on sort de la réalité comme pour pénétrer dans une réalité inexplorée qui semble un rêve. »
Guy de Maupassant 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.